Revue Médias
Accueil du site > La Revue-Médias > n°28 > Pendant ce temps
Pendant ce temps

Pendant ce temps

par Philippe Bilger

Dorénavant, le plus iconoclaste de nos magistrats tiendra dans Médias un carnet de notes. Philippe Bilger y parlera de justice, bien sûr, mais aussi de cette presse qu’il n’hésite pas à épingler. En toute liberté. Comme à son habitude.

Quand Frédéric Mitterrand commence son propos à la télévi- sion, au journal de France 2, par « en conscience » et en baissant les yeux, on peut être à peu près sûr qu’il va annoncer un coup « foireux » : ce jour-là, c’était le retrait de Céline, approuvé par l’Élysée, des « célébrations nationales ». La conscience comme masque, comme alibi. Le mot digne pour faire passer la réalité honteuse. Je doute que le ministre de la Culture présente des excuses un jour, comme il l’a fait pour sa choquante maladresse verbale au sujet de la Tunisie peu avant qu’elle se libère ! ■

Nicolas Demorand à Libération. À peine s’est-on habitué à lui qu’il est déjà ailleurs. J’espère qu’il ne va pas nous obliger à lui courir après sans cesse ! ■

J e sais, je m’en suis rendu compte quand j’ai participé à trois ou quatre reprises à « Cactus », il ne fait pas bon attaquer Caroline Fourest. C’est un crime télévisuel qui mérite l’exclusion. C’est ce qui m’est arrivé. Elle est partout, parle et écrit beaucoup, pourfend pourtant la médiatisation des autres, sanctionne, dénonce, approuve, représente un féminisme doucereux et militant à la fois. Quelque chose de gênant comme une soie mais rêche au fond. Cette modération condescendante et simulée ! Pour tout dire, Caroline Fourest m’énerve. On n’ose jamais dire qu’avant même le désaccord des esprits, il y a parfois la discordance des visages, des apparences et des attitudes. Un rien qui devient tout. ■


 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | | | Suivre la vie du site RSS 2.0 | [Site Oniris Productions sur Spip]